fbpx

Personal branding : les 13 erreurs à ne pas commettre !

par | 29 Juin 2020

Personal branding : les 13 erreurs à ne pas commettre !

par | 29 Juin 2020

 

Si tu me lis régulièrement, tu sais que j’accompagne les entrepreneures pour les aider à se faire connaitre et à transformer leur audience en clients, notamment grâce au personal branding.

 

Et avant de débuter un accompagnement, je réalise toujours une étude de l’image de marque personnelle de mes clientes.
Au fil des derniers mois, j’ai constaté quelques erreurs récurrentes.

 

Je te parle aujourd’hui les 13 erreurs les plus courantes dans le cadre d’une stratégie de personal branding !

 

ERREUR N°1 : ALLER PLUS VITE QUE LA MUSIQUE !

 

 

Cette erreur-là est très courante. Souvent, le premier réflexe des entrepreneures débutantes est de se lancer dans la création d’éléments dont elles n’ont pas besoin à cette étape de leur développement.

 

Non, tu n’as pas besoin d’un logo ou d’un site internet TOUT DE SUITE (dans la grande majorité des cas).

 

Pourquoi ? Parce que pour avoir des outils pertinents et efficaces, il est nécessaire de travailler les bases de ton marketing et de ta communication :

 

  • Savoir comment raconter ton histoire et présenter ton expertise,
  • Obtenir de la clarté sur la mission de ton entreprise, ta vision, tes valeurs,
  • Définir ton client-cible avec précision,
  • Définir quelle est ta niche, ton expertise
  • Avoir une offre claire,
  • Construire une identité de marque percutante.

 

Et c’est ensuite sur ces données que s’appuieront tes outils (logo, site web, cartes de visite, etc.).

 

ERREUR N°2 : ÊTRE LA REINE DU BRICOLAGE !

 

 

 

Tu as décidé de lancer ton activité et forcément, tu veux tout, tout de suite.
Tu n’as pas encore de clients, mais que tu penses qu’un site internet est LA solution incontournable pour te faire connaitre : tu te retrousses les manches pour faire toi-même un beau site sur WordPress.

 

Tu veux acheter une URL pour avoir une image plus « professionnelle ». Alors tu réfléchis à un nom commercial.
Tu réalises qu’il te faudra un logo pour illustrer ton site et tes futures cartes de visite. Alors tu te mets à tester des idées sur Canva.

 

Comme ce n’est pas ton métier, tu y passes des heures. Peut-être même des jours, voire des semaines. Souvent pour un résultat un peu bancal.
Autant de temps que tu ne consacres pas à ta recherche de clients, à apporter de la valeur à ton audience, à exercer ton activité (« ta zone de génie ») et à servir tes clients.

 

Voilà mes préconisations :

 

  • Si tu as les moyens financiers, n’hésite pas une seule seconde et fais-toi accompagner par des professionnels !
  • Si tes moyens sont encore limités, fais au plus simple dans un premier temps : utilise ton nom et ton prénom pour commencer à promouvoir ton entreprise, crée un logo simple et propre avec tes initiales et une belle police, utilise une plateforme « clé-en-main » pour créer une landing page avant d’investir dans la création d’un  site web !

 

 

ERREUR N°3 : NE PAS AVOIR DÉFINI ASSEZ PRÉCISÉMENT TON CLIENT-CIBLE

 

Une nouvelle erreur, très courante : une cible définie de manière trop peu précise.

 

Définir un sexe, une tranche d’âge, une profession et une catégorie socio-professionnelle n’est pas « définir un profil-type de client idéal ».

 

Quand tu définis le profil de ton client idéal, tu dois pouvoir rentrer dans sa tête, connaitre ses habitudes, ses mots, ses peurs, son émission de télé préférée, sur quel réseau social il passe la majeure partie de son temps, etc.
Avec une immense précision, de manière extrêmement détaillée !
Si tu veux en savoir plus à ce propos, je t’en parlais dans cet article.

 

ERREUR N°4 : SE LANCER SANS STRATÉGIE, NI OBJECTIFS

 

Avant de te lancer dans la rédaction de tes premiers posts ou dans le tournage de tes premières vidéos YouTube, n’oublie pas de :

 

  • Réfléchir à une stratégie, adaptée à ton client-cible (puisque tu sais maintenant où le trouver et que tu connais ses problématiques ! )
  • Te fixer des objectifs pour chaque action. Que ce soit pour une publication ou pour le trimestre à venir  ! Si tu connais la destination, il est toujours plus évident de définir le processus pour y arriver. Par exemple, pour un post Instagram : le contenu que tu prépares a t-il pour objectif de faire connaitre ton activité ? De créer du lien avec ton audience ? De lui apporter de la valeur ? De promouvoir une de tes offres ?

 

À toi de définir avec précision la stratégie à adopter et les objectifs à atteindre avant de te lancer !

 

 

ERREUR N°5 : VOULOIR ÊTRE VISIBLE PARTOUT

 

Cette erreur très courante résulte de plusieurs erreurs évoquées précédemment :

 

  • La définition trop approximative de ton persona,
  • Le manque de stratégie,

 

Mais aussi d’idées reçues…

 

NON, tu ne dois pas être présente sur TOUS les réseaux sociaux : tu te dois simplement de publier là où se trouve ton client-cible !
NON, tu ne dois pas être présente sur Tik-Tok parce que c’est LE réseau social incontournable de l’année 2020 : tu te dois d’y être si ta cible y est également !
NON, tu ne dois pas être sur YouTube parce que la vidéo est LE canal de communication incontournable : tu te dois d’y être si ta cible y est, si cela a un intérêt pour ta communication et si tu prends du plaisir à faire des vidéos !

 

La liste est longue, mais tu as compris le principe : ta présence sur chaque canal de communication doit être justifiée par un argument valable, un objectif et doit également te procurer du plaisir !

 

ERREUR N°6 : NE PAS DISTINGUER CLAIREMENT LA LIMITE « PRO/PERSO » EN FONCTION DE TA CIBLE

 

Le contenu que tu proposes sur tes réseaux sociaux est intimement lié à ta cible et à ton positionnement. Il doit tout simplement correspondre à ce que ton client idéal a envie de lire et de retrouver comme information.

 

Si tu es « mumpreneure » et que tu t’adresses à d’autres « mumpreneures », rien de surprenant à ce que tu racontes avec humour comment ton petit dernier a vomi sur ta blouse alors que tu enchaînais les visioconférences avec tes clients.
En revanche, ce genre de contenu sera considéré comme peu pertinent si ta cible est constituée de chefs d’entreprises du CAC40 ou de « C-Level », cible majoritairement masculine et peut-être moins sensible à ce genre d’information.

 

Quels détails de ta vie privée souhaites-tu / peux-tu révéler en ligne ?
La réponse se trouve dans le profil de ton client idéal !

 

ERREUR N°7 : NE PAS ÊTRE RÉGULIÈRE

 

Encore une autre conséquence du manque de stratégie : l’absence de régularité !

 

Communiquer régulièrement avec ton audience, c’est comme lui donner un rendez-vous « amoureux » !
Les personnes qui te suivent savent que tu postes sur Instagram 3 jours définis par semaine, que tu publies une vidéo YouTube le mardi et un article de blog le vendredi.
Il arrive parfois que l’on ne puisse pas être présente à un rendez-vous, ce sont les aléas de la vie.
Mais si tu loupes plusieurs de ces rendez-vous, sans prévenir et de manière consécutive, ton audience ira tout simplement chercher ailleurs ce qu’elle avait trouvé chez toi…

 

Fin de l’histoire !

 

ERREUR N°8 : NE PAS TE MONTRER

 

Souvent, mes clientes me disent qu’elles ont peur de s’exposer. Les raisons sont multiples : pas envie de passer leur journée à faire des selfies (je t’en parle ici), refus de dévoiler leur vie privée, peur des « haters », etc.

 

Encore une fois, ce sont des idées reçues.
Tu n’as aucune obligation de mitrailler tes enfants ou ton partenaire de vie.
Rien ne t’oblige à te montrer sous toutes les coutures.
Quelques photos bien choisies suffiront.

 

Certaines entrepreneures arrivent parfaitement à développer leur activité sans jamais montrer leur visage : oui, c’est possible, mais à mon sens, c’est t’ajouter une difficulté supplémentaire.
Pour tout te dire, je ne travaille pas avec les entrepreneures qui refusent de montrer leur visage sur leur site ou leurs réseaux sociaux. Tout simplement parce que l’un des piliers du personal branding est la création de lien et de confiance avec ton audience. Quand tu refuses de montrer qui tu es à ton audience, ça peut générer un doute qui brise le lien et la confiance. Je suis aussi intimement convaincue qu’un regard, un sourire parlent beaucoup.

 

Tu peux ne pas être d’accord avec moi et je le respecte !  Je te sonne simplement ma vision des choses.

 

 

ERREUR N°9 : NE PAS PARLER DE TOI

 

Je te disais il y a quelques minutes qu’en dire trop n’était parfois pas approprié.
Sache cependant que ne rien dire n’est pas optimal non plus (oui, encore une histoire de « juste milieu » !).

 

En effet, la clé du succès en personal branding repose sur les éléments ci-dessous…

 

CRÉATION DE LIEN + APPORT DE VALEUR
= CRÉATION DE CONFIANCE
= PASSAGE À L’ACTE

 

Sans parler de ta dernière rupture douloureuse ou de ton week-end à Londres pour l’EVJF de ta cousine, il est important, à mes yeux, de partager un peu plus que des conseils avec ton audience.

 

Parler de toi, de ton histoire, de ton parcours, des épreuves surmontées pour en arriver là où tu es aujourd’hui sont autant d’éléments qui te permettront de créer une identification de ton audience, et donc du lien avec elle.

 

ERREUR N°10 : PENSER QUE TU N’AS RIEN À DIRE (OU QUE ÇA N’INTÉRESSE PERSONNE)

 

Tandis que pour certaines, être « entrepreneure » sur Instagram revient à faire un selfie sur le ponton d’un hôtel aux Maldives ou boire négligemment une coupe de champagne à bord d’un jet privé ; il y en a d’autres chez qui le mot « entrepreneure » est synonyme de journées à rallonges, bien remplies, à alterner différentes casquettes (comptable / community manager / business developper / graphiste / Webmaster / etc.).

 

Certaines de mes clientes me disent parfois  » Que veux-tu que je raconte, ma vie n’a rien de formidable ou d’exceptionnel ! ». Et bien figure-toi que si !

 

Car ce qui est ton « banal » quotidien d’entrepreneure d’aujourd’hui est peut-être le « quotidien de rêve » d’une salariée en passe de quitter son CDI pour atteindre le même stade de développement que toi. Cette dernière peut être curieuse de savoir comment tu en es arrivée là, quel est le rythme de tes journées et cherche à en savoir plus sur toi avant de se lancer dans l’un de tes accompagnements !

 

ERREUR N°11 : VOULOIR PLAIRE À TOUT LE MONDE

 

Tu te dis peut-être que pour réussir à attirer des followers ou des lecteurs, tu dois devenir la personne que ces derniers ont envie de voir.
Tu as envisagé de gommer certains aspects de ta personnalité pour « mieux plaire », faire plus « sérieux » (un accent, un tendance aux jeux de mots un peu lourds, une passion pour les années 80, etc. – oui, je grossis le trait !).
Peut-être que tu adoptes des positions assez consensuelles ou que tu préfères te taire plutôt de d’adopter une position qui pourrait « froisser » ou déplaire une partie de ton auditoire.

 

Je te le dis, tu ne tiendras pas bien longtemps :

 

  • Parce que tu vas vite t’ennuyer,
  • Parce que le naturel revient toujours au galop,
  • Parce que « plaire à tout le monde, c’est prendre le risque de ne plaire à personne ».

 

Prenons un exemple simple.
Il y a des chanteuses françaises. Qui sortent un titre, un tube « pop et sucré », un album.
Et il y a Mylène Farmer. Cette chanteuse ne laisse pas les Français indifférents. Elle a un univers très particulier, des fans inconditionnels qui la suivent depuis des années et dépensent des fortunes pour elle. Mylène, on l’aime ou on la déteste. Et si quelqu’un s’en prend à elle, sa communauté monte au créneau pour prendre sa défense, farouchement.
Sa force et son secret pour durer, c’est d’être elle-même : timide, mystérieuse, discrète, singulière. Et clivante.

 

ERREUR N°12 : VENDRE, VENDRE ET (SE) VENDRE

 

Je t’en parlais déjà ici, adopter une stratégie pour développer ton personal branding ne revient pas à faire de l’auto-promotion permanente ! Si tu passes ton temps à vendre, sans lui apporter de la valeur, tu risques de lasser ton audience.

 

Oui, nous sommes ici pour vendre : personne ne vit d’amour et d’eau fraîche et ton audience doit connaitre la teneur de tes offres… Mais soyons plus délicates !
Avant la vente, je t’en ai déjà parlé un peu plus haut, ton contenu s’articule autour de plusieurs axes, savamment entrecroisés : il y a d’abord la création de lien et l’apport de valeur, qui génèrent de la confiance (je t’explique tout dans cet article) ! Et enfin, vient la promotion de tes offres payantes !

 

Diantre, un peu de finesse !

 

ERREUR N°13 : AVOIR PEUR DE « TROP » DONNER

 

Cette erreur revient régulièrement, sous différentes formes, telles que « Si je donne trop à mon audience, personne n’achètera mes offres payantes », ou encore « Je ne sais pas où s’arrête le contenu gratuit et le contenu payant ».

 

N’oublie jamais que :

 

  • Peu d’entrepreneures ont réinventé la roue : le contenu « offert » que tu délivres à ton audience est, la plupart du temps, également disponible sur Google ou chez d’autres entrepreneures dans ta thématique. Ce qui fait la différence ici, c’est ta manière de présenter les choses, ta vision et le lien que tu as créé avec ton audience,
  • Tu ne donnes jamais « trop » : ton contenu « offert » est un avant-goût de la qualité des services et du contenu qu’obtiendra ton prospect s’il devient ton client,

 

Attention cependant à cadrer les choses. Je te parle de transmission d’informations, de réponses à des questions posées par ton audience, de rédaction d’articles, d’e-book, etc. Je te parle pas de séances gratuites et individuelles à rallonge !

 

Voilà par exemple comment je procède.
Je produits régulièrement des « lead magnets » (= des « aimants à clients »).
J’essaye de rédiger un article de blog par semaine, correspondant aux questions posées par mon audience.
Je poste tous les jours sur Instagram, en alternant contenu informatif et plus personnel.
Je réponds à toutes les questions d’ordre général que me posent mes followers par mail ou en messages privés sur les réseaux sociaux, en les redirigeant vers l’InstaPrivé de Marque de Fabrique, dans lequel je propose chaque mercredi à 12h30 un live où je réponds aux questions posées les 7 jours précédents.
En revanche, les questions très particulières (nécessitant un temps d’étude, de réflexion), les analyses plus poussées et les conseils par téléphone, par exemple, ne sont réservés qu’à mes clientes !

 

Te voilà maintenant équipée ! Je suis curieuse de savoir si tu es déjà tombée dans un de ces pièges : dis-moi tout en commentaire !

 

À très vite,

 

Signature Amandine
Signature Amandine

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *