fbpx

Pourquoi ne pas communiquer !

(Et ne pas parler pour ne rien dire)
Pourquoi-ne-pas-communiquer-blog-marque-de-fabrique

Pourquoi ne pas communiquer !

Pourquoi ne pas communiquer ! 800 534 Amandine

Il parait que communiquer, c’est facile. En fait, faire de la com’, c’est un peu comme faire de la politique :

  • Tout le monde a un avis à ce propos
  • Tout le monde pense pouvoir faire mieux que les autres
  • Nombreux sont ceux qui en parlent alors qu’ils n’en n’ont jamais fait
  • Beaucoup pensent que notre métier est basique ( = faire un post Facebook par semaine). Si c’était si simple, nous ne passerions pas nos journées à nous moquer des ratés de certaines marques ; je vous ferai d’ailleurs un article là-dessus à l’occasion)
  • Et parfois, certains parlent pour ne rien dire
Pourquoi ne pas communiquer ! 1
Voilà !
TROP DE COMMUNICATION TUE LA COM’

Mise en situation. Revenons à l’époque où nous étions salariées (ah ah).

Il est 17h et vous deviez partir tôt aujourd’hui mais Jean-Guy, votre N+1 vous annonce une terrible nouvelle : grippée, Muriel a dû partir chez elle sans avoir fini le support de présentation du CoDir de demain. Vous venez officiellement d’hériter de la patate chaude. 

Devant votre slide PowerPoint, vous retournez dans tous les sens un pauvre tableau de statistiques mensuelles pour trouver la manière la plus « sexy » de présenter les chiffres du mois dernier dans votre PPT. C’est pénible, ça vous agace, vous commencez à avoir chaud (quelle idée de mettre un col roulé en octobre dans des bureaux surchauffés). En plus, c’est pas votre job, ce n’était pas à vous de gérer ça… et là, Sylvie (du service  « Recouvrement »)  passe la tête dans l’encadrement de la porte en lançant un petit « Coucou, ça va ? ».
Sylvie, c’est cette collègue plutôt gentille qui engage la conversation pour vous raconter ses vacances « incroyables » en Dordogne et « tu connais cette petite fabrique traditionnelle de casse-noix qui ne compte plus que 3 artisans ! Tu imagines ? »  (non, pas vraiment) et dont il est (très) difficile de se détacher.
Vous êtes passablement agacée (pas l’temps d’niaiser les gars !) : vous demandez à Sylvie ce dont elle a besoin  et elle vous répond « Rien, je passais juste dire bonjour. T’as fait quoi ce week-end ? Moi j’étais à la Bourboule, c’était drôlement sympa, on était dans un gîte et… ». Et plus rien n’arrête Sylvie qui a trouvé en vous l’otage parfait de son récit sans fin. Et vous vous sentez à deux doigts du syndrome de Stockholm lorsque vous hochez la tête ou acquiescez d’un léger « huuum ! »

Pourquoi ne pas communiquer ! 2

Sylvie on l’aime bien, mais c’est un peu l’histoire de la com’ : quand elle n’a rien de neuf, de différent ou d’exceptionnel à raconter, elle parle, mais personne ne l’écoute et ne prête attention à ce qu’elle dit… et c’est pareil pour votre marque !

METTRE LE QUOTIDIEN AU SERVICE DE L’EXCEPTIONNEL

La règle de base en communication : communiquer oui, mais seulement si vous avez quelque chose d’intéressant à dire ou de la valeur ajoutée à apporter à votre lectorat !
En effet, mieux vaut s’abstenir de communiquer que de dévaloriser votre prise de parole 🙂

Souvent, mes clientes me disent qu’il est difficile de publier sur Facebook ou Instagram de manière régulière car leur quotidien n’a « rien d’exceptionnel » et qu’elles n’ont rien de « foufou » à raconter. Or, il n’est pas nécessaire d’avoir une vie à la Beyoncé pour délivrer un contenu qui intéresse notre lectorat !

Voilà donc quelques astuces simples pour produire régulièrement du contenu, sans « parler pour ne rien dire » :

  • Connaitre parfaitement votre client idéal pour identifier ce qui plait à votre lectorat et ne plus être en manque d’inspiration (j’ai d’ailleurs écrit un article à ce propos juste ici),
  • Prendre le temps de planifier toutes vos actions (newsletters, articles de blog, publications sur les réseaux sociaux, etc.), pour ne jamais être à court de contenu,
  • Détecter quel est votre contenu à forte valeur ajoutée pour vos clients (conseils, astuces, tutoriels, etc.) et préparer plusieurs articles ou publications d’avance pour les périodes creuses,
  • Instaurer des routines et des « rendez-vous » hebdomadaires avec vos lecteurs. Par exemple, la marque de smoothie Innocent a habitué son audience en postant tous les vendredis sur Facebook « La blague du vendredi ». C’est une publication simple (une blague présentée sur un visuel relativement épuré) mais très likée, appréciée et commentée qui permet de délivrer un contenu régulier rapidement réalisable sans avoir à se poser trop de questions,
  • Utiliser un angle d’attaque original pour tirer profit des « marronniers », ces événements qui reviennent tous les ans (la rentrée, la St Valentin, la canicule, les premières neiges, les « Journées Internationale de … », etc.). Continuons avec Innocent, qui publie un post sur son compte Facebook à l’occasion du premier jour des soldes. La marque a trouvé un angle d’attaque original et sympa, qui change du traditionnel : « c’est la guerre les filles ! » ou « ne faites pas exploser la CB aujourd’hui »  🙂
Publication Innocent - Marque de Fabrique - Pourquoi ne pas communiquer
188 commentaires et 95 partages !

Et enfin, dernier conseil, et pas des moindres : si, malgré ces quelques astuces, vous êtes bloquée… ne vous forcez pas ! Il n’y a pas d’obligation à communiquer tous les jours et aucune sanction ne tombera ! Mieux vaut ne pas prendre la parole plutôt qu’une intervention « moyenne » qui se démarquera (pour de mauvaises raisons) de vos interventions habituelles (et qui risque de vous faire perdre des followers ou des lecteurs) !

J’espère que ces quelques « tips » vous aideront, dites-moi en commentaire si vous avez d’autres techniques pour toujours avoir un petit quelque chose d’intéressant à raconter à vos lecteurs !

J’ai hâte de lire vos réponses… À bientôt,

Signature Amandine Steppe Marque de Fabrique

Laisser une réponse

Back to top