fbpx

Sur le grill : la carte de visite !

Ringarde ou pas ?
carte de visite banniere blog

Sur le grill : la carte de visite !

Sur le grill : la carte de visite ! 800 300 Amandine

La carte de visite est un outil du personal branding qui permet de diffuser votre image de marque. Nous en conviendrons, c’est une sorte de « petite carte d’identité professionnelle ».
Certains ne jurent que par elle et ne pourraient envisager de ne pas échanger leur carte à l’issue d’une rencontre professionnelle.
D’autres s’étonnent encore de la résistance de ce petit bout de carton face à la digitalisation et aux grandes injonctions « écologistes » de notre société, y voyant même un penchant ringard et désuet de la relation commerciale !

Sur le grill : la carte de visite ! 1

Malgré sa petite taille, mes clientes s’interrogent souvent à son propos : comment exploiter de manière optimale tout le potentiel d’une carte de visite ? Est-elle obligatoire ? Y a-t-il des règles à respecter ? Des erreurs à ne pas commettre (sous peine d’être boutée hors de la grande famille des « entrepreneures-qui-se-respectent ») ? Peut-on se permettre toutes les originalités au nom du personal branding ?

Je vous dis TOUT !

L’INDÉCROTTABLE DÉBAT SUR LA TAILLE

À ma gauche, la traditionnelle carte rectangulaire, format 8,5 x 5,4 cm. Un grand classique.
À ma droite, la carte de visite « nouvelle génération », dans un format carré ou « rectangulaire-mini ».

Au milieu de tout ça, l’interlocuteur à qui vous allez donner votre carte. À vous de voir si vous aimez assez vos clients pour les embêter (ou pas).

Il y avait cet élève de mon école, nous étudiions ensemble (c’était hier, bien sûr). Suite à la création de son site web, il avait fait imprimer des cartes de visite sur un site américain, qui proposait des formats originaux. Il avait choisi une toute petite carte, rectangulaire (7 x 2,8 cm). Le format interpellait souvent les personnes à qui il les distribuait : c’était « mignon » et peu courant à cette époque (non, ne me demandez pas, je ne donnerai aucune date).
Le problème : le format était si petit que tout le monde perdait sa carte, y compris lui lorsqu’il la rangeait dans son portefeuille. Ses interlocuteurs le recontactaient souvent via LinkedIn en lui précisant ne plus la retrouver !

carte de visite marque de fabrique 1

Source : moo.com

Cela me rappelle également cette cliente, qui malgré mes mises en garde, souhaitait une carte de visite carrée pour, je cite, « être remarquable, inoubliable et super originale ».
Effectivement, ça n’a pas raté : pas un seul de ses interlocuteurs n’a manqué de lui dire que sa carte de visite hors norme, était peu pratique (voire pénible) à ranger dans un portefeuille, dans un classeur ou une boîte prévus à cet effet. Parfois, devenir trop remarquable n’est plus un atout…


LA MATIÈRE, C’EST IMPORTANT !

Très souvent, lorsque nous parlons de cartes de visite, le premier réflexe de mes clientes est de se ruer chez « VistouPrent », vous savez, l’imprimeur en ligne !
Elles découvrent alors un joyeux univers fait de divers grammages de papier et autres couleurs chatoyantes.
La curiosité aidant, leurs recherches les mènent vers d’autres sites, plus confidentiels, moins connus, leur ouvrant des horizons insoupçonnés…

« Quoi ? Une carte de visite en bois ?! Oh, du liège ?! »

Et oui, ça existe… Mais alors, on en pense quoi ?
Et bien, ça dépend ! Comme toujours, en personal branding, avant d’être remarquable, il est important d’être cohérent. Appuyons-nous sur deux exemples.

Une carte de visite en bois sera tout à fait appropriée pour un constructeur de chalets, un vendeur de barriques ou encore un designer ne réalisant que des montures de lunettes dans cette matière.
En revanche, quel sens donner à une carte de visite en bois pour un coach sportif ? Une coiffeuse ?
Le risque ici est de susciter la surprise de votre interlocuteur du fait de la matière originale de la carte, puis des interrogations sur le pourquoi de la chose. Et si ce questionnement intervient après l’avoir quitté, vous risquez de lui laisser un sentiment de frustration ou de doute.

Second exemple. Le côté « futuriste » d’une carte de visite en plastique pourra être adaptée à un architecte ou à un dirigeant de start-up misant sur l’intelligence artificielle. En revanche, vous l’aurez bien compris, on oublie ce genre de matière si vous évoluez dans le secteur du zéro déchet ou que votre entreprise prône des valeurs liées à l’éco-responsabilité 😉

 
carte de visite marque de fabrique 5

Source : Pinterest

Encore une fois en personal branding, tout est question de cohérence entre le support ( = la carte), votre message et votre activité.

 
ET LE FORMAT DANS TOUT ÇA ?

Certaines entreprises ont des cartes de visite originales. Vraiment originales. Certaines relèvent du génie.

 
carte de visite marque de fabrique 3
carte de visite - marque de fabrique 2

Source : hitek.fr

Clairement, si vous êtes accompagnée par un professionnel digne de ce nom, que l’exécution est parfaite et que votre budget est conforme à l’investissement requis pour ce type de créations, tentez !
Vous laisserez à votre interlocuteur un souvenir vraiment impérissable (ici, dans le bon sens du terme), et c’est bien là tout l’intérêt de la chose.

Go go go !

« ET MON SOURIRE ? TU L’AIMES MON SOURIRE ? »

Je suis très partagée en ce qui concerne la présence d’une photo (la vôtre) sur une carte de visite. Attention, mise en situation.

Dans une autre vie, je travaillais dans un coworking. Et dans cet espace, en face de la machine à café ( = point stratégique) il y avait un mur aimanté sur lequel les résidents et les visiteurs pouvaient déposer leur carte de visite. Alors de temps en temps, mes collègues et moi faisions une petite revue des nouvelles arrivées. Les réactions étaient toujours très partagées lorsqu’on tombait sur une carte de visite comportant la photo de son propriétaire.

Les réactions positives évoquaient essentiellement la facilité de « reconnaissance » de l’émetteur de la carte. Il est en effet plus aisé de se souvenir de son interlocuteur lorsque son visage est clairement identifiable.
La photo suscitait aussi une émotion, créait une véritable personnalisation de l’activité, surtout lorsque le propriétaire de la carte était un indépendant.

Mais j’avoue que le côté négatif l’emportait presque toujours, avec des remarques telles que : « Ça fait un peu prétentieux, non ? ». « Oh, t’as vu sa tête ? », et autres joyeusetés.
D’autant plus lorsqu’il s’agissait d’un salarié d’une entreprise : certains semblaient tellement mal à l’aise avec ce concept que cela transparaissait immédiatement sur la photo. Plutôt gênant.

Sur le grill : la carte de visite ! 2

Clairement, pour moi, la photo sur la carte de visite… C’est « NEXT » !

CHOISIR ENTRE UNE CARTE DE VISITE « PHYSIQUE » OU DÉMATÉRIALISÉE…

Depuis quelques années fleurissent des services de cartes de visite dématérialisées tels que Card.pm ou encore NumCards.

J’ai eu l’occasion de tester ce type de service et je vous avoue que je n’ai pas été conquise, pour des raisons totalement subjectives, précisons-le :

  • C’est peut-être ringard mais j’aime le papier, j’adoooore le toucher du papier sous mes doigts (plaisir coupable) et j’aime les belles choses. Je suis toujours agréablement surprise par la remise d’une carte de visite imprimée sur un beau papier épais, de qualité, qui renforce indéniablement l’aspect qualitatif d’une image de marque.
  • J’ai le souci du détail. Vraiment. J’adore m’apercevoir d’un petit détail élégant qui fait toute la différence dans une image de marque. Cela peut être une dorure, une tranche colorée, un beau papier embossé, qui me fera immédiatement constater que le propriétaire de la carte de visite accorde tout autant d’importance aux détails de qualité que moi.
  • Je ne me considère pas comme embarrassée par un amoncellement de cartes de visite récoltées puis laissées à l’abandon sur un coin de mon bureau. Je n’ai donc pas besoin de voir disparaitre les cartes de visite de mon espace de travail.

Suis-je la seule personne un peu bizarre ici ?


ET FINALEMENT, LA CARTE DE VISITE : ON LA GARDE OU ON LA JETTE ?

Il y a quelques mois, je participais à une soirée-réseau, armée (of course) de mon « précieux » : mon petit paquet de cartes de visites.
Au cours d’un échange, une entrepreneure a refusé la mienne en me disant « Non merci, je préfère que nous soyons connectées sur LinkedIn… Et je n’aime pas couper des arbres pour rien ! »
Je vous avoue avoir remballé ma carte de visite non sans regret, avec un brin de culpabilité (« Diantre, suis-je vraiment en train de tuer des arbres ? »). J’ai dégainé mon téléphone pour que nous procédions à une mise en relation directe sur LinkedIn. Hop, c’était réglé, nous étions connectées…
Et c’est quelques semaines plus tard, lorsque j’ai été amenée à la recontacter, que j’ai compris que les cartes de visite glanées au fil de mes soirées réseau ne me servaient pas seulement à assouvir mon penchant étrange pour le papier embossé : comme je n’ai aucune mémoire des prénoms, cette jeune femme s’est retrouvée noyée parmi mes contacts LinkedIn. J’ai donc été obligée de faire acte de pénitence en épluchant la rubrique « Réseau » de mon profil LinkedIn pour en faire défiler tous les contacts à la recherche mon interlocutrice, en espérant que sa photo de profil me permette de la reconnaitre.
Ce genre de mésaventure ne m’arrive quasi-exclusivement qu’avec les personnes qui ne me donnent pas de carte de visite. Hasard ou coïncidence ? 😉

Sur le grill : la carte de visite ! 3

Vous l’aurez compris, entre mon amour immodéré (inexplicable) pour le papier épais, les possibilités infinies de création et mes soucis de mémoire, je ne peux qu’approuver la subsistance et la résistance de la carte de visite ! C’est d’ailleurs pour cela qu’elle est incluse automatiquement dans l’ensemble des packs « Personal Branding » proposés par Marque de Fabrique !

Maintenant que nous l’avons passée ensemble à la moulinette, j’ai hâte de connaître votre avis sur la carte de visite !

À très vite,

Signature Amandine Steppe Marque de Fabrique

Laisser une réponse

Back to top